Questions fréquemment posées

À propos de nous

Qu’est-ce qui a engendré la création du Réseau Enfants-Retour?
Le 1er novembre 1984, le petit Maurice Viens était enlevé tragiquement à sa famille, ses amis et sa communauté. Le meurtre du jeune garçon a incité deux mères inquiètes à créer le Réseau Enfants-Retour.

Grâce à leur engagement et à celui de nombreux autres gens de cœur qui souhaitaient aider les familles à protéger leurs enfants, le Réseau Enfants-Retour est maintenant une référence au Québec dans la prévention des disparitions et de l’exploitation des enfants.

Quel est le rôle du Réseau Enfants-Retour lorsqu’un enfant disparaît?
Lorsqu’un enfant disparaît, le Réseau Enfants-Retour :

  • aide à préparer et à distribuer les affiches, fournit des photos aux médias et place des photos sur Internet;
  • fournit un soutien distinct et un service de référence aux familles durant les recherches et  après le retour de l’enfant;
  • facilite la réunification;
  • fait le lien entre les services de police, les services sociaux, le milieu juridique, ainsi qu’avec les agences gouvernementales et autres agences concernées;
  • fait le lien avec les médias, si nécessaire;
  • offre du soutien aux parents et aux pairs;
  • défend les droits de la famille et de l’enfant disparu.
Quel soutien le Réseau Enfants-Retour offre-t-il aux parents?
Nos chargés de dossiers expérimentés et hautement qualifiés offrent aux familles les services suivants :

  • une intervention immédiate en cas de crise, lorsqu’une famille a besoin d’aide parce que leur enfant est porté disparu, exploité ou qu’il vient d’être retrouvé;
  • du soutien aux survivants d’enlèvement et d’exploitation, de même que de l’aide pour entrer en relation avec d’autres victimes;
  • du soutien émotionnel pour les fugueurs en danger, les parents, les gardiens et les familles;
  • références aux agences et professionnels en santé mentale pertinents;
  • de l’assistance en réunification avec des thérapeutes qualifiés qui aideront au retour à la maison d’un enfant et ce, à chacune des étapes du processus;
  • du soutien aux frères et sœurs des victimes;
  • de l’aide pour entrer en contact avec les organismes locaux pour les jeunes victimes d’abus.
Combien de cas de disparitions d’enfants l’organisation a-t-elle aidé à résoudre?
Depuis sa création en 1985, notre organisation a aidé les forces de l’ordre à retrouver 1 158 enfants sains et saufs!
Comment le Réseau Enfants-Retour est-il financé?
Le Réseau Enfants-Retour ne bénéficie d’aucune subvention gouvernementale pour ses opérations et compte uniquement sur la générosité du public et des entreprises. Si vous désirez aider notre organisation à poursuivre sa mission de ramener les enfants disparus sains et saufs à leurs familles  et d’aider à prévenir de nouvelles tragédies, veuillez visiter la section Impliquez-vous de notre site web.

Statistiques

Combien d’enfants disparaissent-ils chaque année au Canada?
Chaque année, en moyenne, plus de 45 000 disparitions d’enfants sont signalées à la police. Au Québec seulement, plus de 5 000 cas sont rapportés chaque année.
Pourquoi tant d’enfants disparaissent-ils?
Les enfants disparaissent de leur foyer pour toutes sortes de raisons. Ils peuvent s’enfuir après une vive dispute avec leurs parents ou avoir été attirés par un prédateur en ligne. De nombreux enfants sont aussi emmenés dans un autre pays par un de leurs parents ou sont enlevés par un inconnu.

Nos statistiques démontrent que la plupart des enfants portés disparus sont des fugueurs. En fait, les fugues représentent 85% de tous les cas de disparitions d’enfants. Heureusement, près de 90% de ces adolescents sont retrouvés sains et saufs dans les jours suivant leur disparition. Malheureusement, quelques-uns demeurent introuvables pendant des jours, des semaines, des mois, voire des années.

Enlèvement par un étranger

À quelle fréquence les enlèvements par un étranger se produisent-elles?
Les enlèvements par un étranger représentent moins de 1% de tous les cas de disparitions d’enfants. Nous sommes tous d’accord cependant qu’un enfant porté disparu est déjà un de trop.

Chaque minute compte lorsqu’un enfant est enlevé par un inconnu. La police doit être alertée aussitôt que possible.

Enlèvements parentaux

Si l’enfant se trouve avec l’un de ses parents, devrait-on vraiment s’inquiéter de sa sécurité?

Lorsqu’ils sont enlevés à leur famille et leurs amis par un parent ou un autre membre de la famille, les enfants sont précipités dans une vie d’isolement et d’incertitude. Cet éloignement soudain peut mener à une longue dépression, une perte du sentiment de sécurité ou de stabilité, une peur de l’abandon et pourrait aussi compromettre leur capacité à avoir confiance en eux-mêmes ou en d’autres personnes.

L’enlèvement parental :

  • est un crime dans toutes les provinces canadiennes
  • n’est pas une question de garde d’enfant
  • est une question de bien-être de l’enfant
  • peut avoir des répercussions psychologiques et sociales à long terme sur l’enfant kidnappé.

Des faits sur l’enlèvement d’enfant :

  • Au Canada, peu d’enlèvements d’enfant sont perpétrés par des étrangers.
  • La forme la plus courante d’enlèvement d’enfant est l’enlèvement parental ou par un membre de la famille.
  • L’enlèvement parental est l’une des formes les plus méconnues de maltraitance de l’enfant.
  • Si un parent a enlevé un enfant ou l’empêche de voir l’autre parent, des accusations criminelles peuvent être portées contre lui ou des recours civils sont possibles.
  • Chaque année, plus de 300 enfants canadiens sont victimes d’enlèvement parental.
Pourquoi des parents enlèvent-ils leur propre enfant?

L’enlèvement parental survient souvent lorsqu’une dispute sur la garde d’un enfant ne se règle pas de manière satisfaisante ou lorsqu’un parent kidnappe l’enfant pour exercer un contrôle, exprimer sa colère ou se venger de l’autre parent. L’enfant ressent souvent de la peur, de la culpabilité, de la honte, de la confusion et se sent divisé entre ses deux parents. Plusieurs de ces enfants sont traumatisés, forcés de vivre comme des fugitifs ou sont plongés dans la pauvreté, l’instabilité et une vie de privation et de négligence.

Fugueurs

Pourquoi y a-t-il tant de fugueurs dans notre pays?

Plus de  85% de toutes les disparitions d’enfants sont des cas de fugues impliquant des jeunes de 12 à 17 ans. Les raisons pour lesquelles un enfant fugue sont complexes, mais sont généralement liées au fait qu’ils essaient de prendre leur vie en main. Alors que la plupart des fugueurs retournent à la maison après quelques jours, un petit nombre d’entre eux peuvent passer du temps dans la rue, dans des refuges ou dans d’autres environnements inconnus.

Malheureusement, les jeunes sont vulnérables dès le moment où ils quittent la maison. Parce qu’ils doivent se débrouiller seuls, les fugueurs deviennent des proies faciles pour les prédateurs qui cherchent à exploiter les jeunes.  Ils attirent les enfants en offrant à ces jeunes un abri, de la nourriture ou des vêtements coûteux.

Une fois une relation de confiance établie, les prédateurs peuvent facilement entraîner les jeunes dans des activités criminelles telles que la prostitution, le vol ou la vente de drogues.

Que puis-je faire pour éviter que mon enfant fugue?

Voici plusieurs suggestions qui pourraient vous aider à empêcher votre enfant de fuguer :

  • Établissez une saine communication avec votre enfant. Demeurez ouvert et honnête;
  • Changez votre horaire de travail, si possible, pour être à la maison lorsque votre enfant revient de l’école;
  • Invitez les nouveaux amis de votre enfant à la maison pour apprendre à connaître son réseau social;
  • Si vous avez des doutes, demandez à votre enfant s’il a l’intention de fuguer;
  • Parlez à votre enfant des dangers de s’enfuir de la maison;
  • Dites toujours à votre enfant que vous l’aimez et qu’il est important pour vous.

Il est important d’identifier les besoins de votre enfant. Mieux un parent comprend les besoins de son enfant, et mieux il pourra l’aider à répondre à ces besoins et à faire en sorte qu’il ne fugue pas ou qu’il n’adopte pas de comportements à risque.

Existe-t-il des signes avant-coureurs indiquant que mon enfant se prépare à fuguer?

Signes précurseurs d’une possible fugue de votre enfant :

  • Accumulation d’argent et d’effets personnels (argent et vêtements cachés dans sa chambre;)
  • Discussions à propos des fugues (certains tentent d’anticiper la réaction de leurs parents à ce propos);
  • Problèmes à l’école (problèmes académiques ou disciplinaires);
  • Problèmes familiaux;
  • Abus d’alcool ou de substances;
  • Changement soudain d’amis ou de compagnons;
  • Isolement;
  • Changement extrême de ses habitudes (sommeil ou alimentation);
  • Colères soudaines (colères inhabituelles ou répétées);
  • Désobéissance aux règles familiales;
  • Dépression.
Mon enfant a fugué – que puis-je faire?

Appelez la police aussitôt que possible. Contrairement à ce que vous pouvez voir ou entendre à la télévision, il n’existe pas de loi disant que vous devez attendre 24 heures avant d’informer la police que votre enfant a disparu.

 

Il est important que vous ayez en main tous les renseignements nécessaires sur votre enfant, y compris une photo récente, et que vous soyez prêts à les remettre à la police. Ceci facilitera le travail des policiers et accélèrera les recherches pour retrouver votre enfant.
Communiquez avec nous au 514 843-4333 pour obtenir du soutien et de l’aide.

Qu’est-ce que le programme Alerte Amber?

Le programme Alerte Amber a été mis en œuvre au Québec en mai 2003. Le programme Alerte Amber est un partenariat volontaire entre les services de police et les diffuseurs  qui consiste à mettre rapidement en ondes un bulletin donnant une description de l’enfant enlevé et du ravisseur soupçonné, dans les cas les plus sérieux d’enlèvements d’enfant.

Le programme d’Alerte Amber a été créé initialement en 1996 à Arlington au Texas, suite à l’enlèvement et au meurtre de la petite Amber Hagerman, neuf ans. À ce jour, le programme a permis de retrouver sains et saufs des centaines d’enfants à travers l’Amérique du Nord.

Quand émet-on une Alerte Amber?

Au Québec, le SPVM et la Sûreté du Québec sont les deux corps policiers qui peuvent déclencher une Alerte Amber. Pour ce faire, les critères suivants doivent être respectés :

  1. La police a des motifs raisonnables de croire que l’enfant (âgé de moins de 18 ans) a été enlevé.
  2. Les circonstances de l’enlèvement indiquent que l’enfant est en danger imminent.
  3. La police a suffisamment d’informations descriptives d’un élément ou plus (enfant, suspect, moyen de transport utilisé) pour considérer que la diffusion immédiate de l’alerte aidera à retrouver l’enfant.
Quelle est la responsabilité du public lors d’une Alerte Amber?

Lors d’une alerte AMBER, on incite le public à partager toute l’information pertinente sur leurs propres réseaux et à rechercher l’enfant disparu. On demande au public de communiquer immédiatement à la police toute information qui pourrait aider à retrouver l’enfant disparu.

Mon enfant a disparu – que dois-je faire?
  • Essayez de rester calme. Vous pourrez mieux aider votre enfant si vous avez les idées claires.
  • Demandez l’aide d’un parent ou d’un ami.
  • Si votre enfant a disparu de chez-vous, commencez par une recherche approfondie de votre maison et de votre propriété, incluant les petits espaces cachés et les autres endroits comme le grenier, le sous-sol, les armoires, les remises à outils, les vieux réfrigérateurs, les conduits de chauffage, les piles de lessive et sous les lits.
  • Assurez-vous que l’enfant ne soit pas chez un voisin, un ami, un membre de la famille ou une connaissance.
  • Vérifiez si les effets personnels ou les vêtements de votre enfant ont disparu. Cela pourrait être le signe d’une possible fugue.
  • Cherchez  des indices ou des messages que votre enfant aurait pu laisser derrière lui.

Si vous ne pouvez trouver immédiatement votre enfant, appelez le service de police local. Veuillez noter que vous n’avez pas à attendre 24 heures avant de signaler une disparition.

 

 

Quand le Réseau Enfants-Retour arrête-t-il de chercher un enfant disparu?

Nous n’arrêtons jamais nos recherches! Un cas demeure actif jusqu’à ce que l’enfant porté disparu ait été retrouvé.

Une fois que la recherche sur le terrain s’achève et que la disparition de l’enfant fait moins la une, garder l’attention du public et des médias devient un défi continuel. Un objectif constant du Réseau Enfants-Retour est d’identifier divers moyens de s’assurer que ces cas demeurent dans l’œil du public en stimulant l’attention médiatique, en générant de nouvelles pistes et ultimement en ramenant l’enfant à la maison.

Chaque année, le Réseau Enfants-Retour commémore l’anniversaire de disparitions de longue date en organisant un événement au nom de la famille, dans l’espoir que ces initiatives engendrent de nouvelles pistes qui permettront éventuellement aux familles de pouvoir tourner la page.

Notre devise : Disparus, mais jamais oubliés.
Comment puis-je aider?
  • Suivez-nous sur Facebook et Twitter et partagez les affiches d’enfants portés disparus avec votre réseau de partenaires;
  • Rapportez toute information concernant un enfant porté disparu;
  • Parlez du Réseau à l’école de votre enfant et invitez-nous à présenter un de nos ateliers de sécurité personnelle adaptés à l’âge des enfants;
  • Organisez une activité de financement et amassez des fonds pour notre importante mission;
  • Faites participer votre employeur à la recherche d’enfants disparus en devenant partenaire de notre Campagne corporative d’affichage;
  • Donnez de votre temps ou services au nom des enfants portés disparus.

Si mon enfant a des problèmes, existe-t-il des ressources pour l’aider?

Les organismes communautaires suivants offrent des services confidentiels aux jeunes :

Al-Anon Alateen
www.al-anon-alateen-qc.ca
514 866-9803

Alcooliques Anonymes
www.aa-quebec.org
1 877 790-2526

Cyberaide.ca
www.cyberaide.ca

Drogue : aide et référence
www.drogue-aidereference.qc.ca
1 800 265-2626

Grossesse-Secours
www.grossesse-secours.org
514 271-0554

Jeunesse, J’écoute
www.JeunesseJecoute.ca
1 800 668-6868

Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Montréal
www.cvasm.org
514 934-4504

Narcotiques Anonymes
www.naquebec.org
1 855 544-6362

Aidez-moi SVP
www.aidezmoisvp.ca

Projet 10
www.p10.qc.ca
514 989-4585

Suicide Action Montreal
www.suicideactionmontreal.org
1 866 277 3553

Jeunes en fugue
www.jeunesenfugue.ca

Gai écoute
www.gaiecoute.org
514 866-0103

At the request of the SPAL, the Missing Children’s Network is seeking your collaboration in the search for 15 year-old Jual Japhet Levassath, last seen back on July 20th in Brossard. ... See MoreSee Less

View on Facebook

À la demande de la SPAL, le Réseau Enfants-Retour fait appel à vous pour aider notre campagne de recherche de Jual Japhet Levassath, agé de 15 ans, vu pour la dernière fois le 20 juillet 2017 à Brossard. ... See MoreSee Less

View on Facebook

C’est avec joie que le Réseau Enfants-Retour vous annonce que Alexandra Martel, 15 ans, a été retrouvée. Merci d'avoir partagé sa photo.
--
The Missing Children's Network is pleased to inform you that 15-year-old Alexandra Martel, has been found. Thank you to all of those who shared her picture.
... See MoreSee Less

View on Facebook